ESSAI C4 PICASSO : TOILE DE MAITRE ?

Image

 

Depuis l’explosion des véhicules de loisir, les monospaces compacts n’ont plus la cote. Moins valorisant, comportement peu plaisant et marqueur d’une catégorie sociale… il fallait redresser la barre. Lancée fin juin, le nouveau C4 Picasso vient réveiller ce marché en berne.

 Le C4 Picasso propose un design digne du peintre dont il porte le nom. Offrant une ligne originale, séduisante et franchement réussie, le C4 Picasso ne laisse pas de marbre. Bousculant les codes établis, le monospace se distingue par une face avant originale faite de feux multiples, installés sur trois niveaux. Ce C4 Picasso a donc tout pour épater la galerie. L’audace esthétique se retrouve dans un habitacle qui révolutionne le genre. Épurée, la planche de bord remplace les traditionnels compteurs par une instrumentation lisible sur deux écrans de 15 et 30 centimètres dont l’un tactile sert de commande pour accéder aux différents menus. Des menus qui proposent au choix, la climatisation, l’activation de systèmes de sécurité (tels que l’alerte de franchissement de ligne), l’aide au stationnement (en créneau et en bataille svp !) ou encore l’accès à internet.

En entrée de gamme, le diesel limite ses rejets polluants à « seulement » 98 grammes, récompensée par un bonus écologique de 200 euros. Pour notre essai, nous avons pris la route autour de Lisbonne avec la déclinaison 1,6 litre diesel de 115 chevaux qui s’est contentée de six litres au cent sur notre parcours. Une version elle aussi gratifiée d’un bonus de 200 euros. Pour ceux qui souhaiteraient toutefois se tourner vers l’essence, deux motorisations sont au catalogue avec, au choix, des puissances de 120 et 155 chevaux. L’essai de la plus puissante des deux nous a enchantés, mais il faudra envisager une consommation supérieurs de deux bons litres à  celle du diesel pour rouler avec cet onctueux moteur THP 155 et s’acquitter d’un malus écologique oscillant entre 100 et 300 euros.

Essence ou diesel, le C4 Picasso offre surtout cinq vraies places, un coffre immense, de multiples rangements et un confort impeccable. Le seul reproche que l’on pourrait lui faire est son comportement peu accrocheur  sur routes sinueuses, mais après tout il n’est pas fait pour ça ! Mais incontestablement, avec Picasso, Citroën signe là une toile de maître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
1167320_439420616175360_1030496019_o
Spy Shot de la Peugeot 308 GTi

Fermer